Wednesday, April 8, 2015

Un désert si paisible




J’étais dans le désert. Il faisait chaud, si chaud. La voiture indiquait plus de 50 degrés et je pouvais sentir mes bijoux en fer brûler ma peau. Adossée sur le siège passager, je regardais les paysages de ce désert défiler, comme déformés par mes yeux affaiblis avec la fatigue et l’émerveillement. Au milieu de nul par, on a finit par s’arrêter. On se sentait si seuls et si paisibles. On pouvait voir que nous étions les uniques êtres humains à des kilomètres à la ronde, et même si j’ai toujours eu cette peur inconsidérée des grands espaces, je n’étais pas effrayée. J’étais paisible. Je pouvais sentir ce vent chaud, souffler doucement sur mes bras, se faufiler entre mes mèches de cheveux et caresser le sourire tracé depuis plusieurs semaines sur mes lèvres. Je me suis avancée dans les dunes de sable, au milieu des cactus et des rochés. Et quand je me suis rendue compte que j’étais allée suffisamment loin pour me retrouver seule, j’ai fait un tour à 360 degrés et j’ai vu l’immensité de ce paysage, dans toute sa splendeur et sa solitude. La route bouillante se perdait dans les montages lointaines, et cela en parfaite ligne droite, comme si aucun obstacle ne pouvait jamais l’arrêter. Comme si rien ne pouvait m’arrêter.
J’étais dans le désert. Il faisait chaud et j’étais seule, si seule. Je ressentais ce manque, cette douleur dans mon cœur. Celle qui vous empêche de respirer, celle qui vous paralyse. Elle vous attrape, comme une araignée piège sa proie, vous observe vous tordre de douleur et s’approche, enroule ses membres autour de vous pour mieux sentir la vie s’échapper, sans aucun contrôle. Parfois c’est ça, la vie. C’est regarder autour de soit, être au milieu d’une immensité et se sentir piégé, avoir cette sensation de claustrophobie. Sentir que tout vous échappe, alors que vous désiriez tant tout contrôler. Dans ce monde, il y a deux types de personnes. Ceux qui pensent que l’on contrôle tout ce qui nous arrive, et ceux qui sont persuadés qu’une sorte de ligne de conduite un peu incertaine nous suit et nous force à vivre des éléments aléatoires. J’aimerais croire que le malheur n’arrive que de manière impromptue, mais au fond de mon âme de scientifique, j’ai tendance à me dire que finalement, tout n’est que suite d’actes. Tout dépend de vous, de ce que vous faites. Je crois que les gens mauvais sont toujours punis un jour, qu’il existe un retour de bâton. Je crois que le bonheur se mérite, qu’il faut savoir se battre et ne jamais abandonner. Je crois qu’il faut s’accrocher à un rêve, peut importe lequel, et continuer à avancer.
J’étais dans le désert. J’ai ouvert mes yeux sous cette immensité, avec un grain de mélancolie. J’aurais aimé rester là toute ma vie, à regarder la nature dans toute sa douceur, dans ce qu’elle fait de plus beau. Je savais que ce moment aurait une fin, que je ne pourrais plus être à cet instant, qu’il allait m’échapper, et que je devais le laisser partir. C’est tellement dur de laisser partir, le regarder s’en aller, le regarder s’échapper. C’est tellement dur de tourner la page du dernier chapitre, de se dire que c’est finit. C’est étonnant, comme on peut se concentrer sur ce qu’on laisse derrière, plutôt que ce qu’on peut avoir la chance de trouver devant. C’est si déroutant de lâcher la main de ceux qui nous soutiennent pour dévaler la route nous même, sans assistance. Juste toi et toi même. Dans la plus grande solitude et la plus grande confiance en même temps. Avec ton énorme sac de souvenirs pleins de bonnes et de mauvaises expériences.
J’étais dans le désert, et j’avais presque oublié que tu étais là, en haut des dunes, à me regarder m’échapper, à me regarder avaler ce souvenir avidement pour le conserver le plus longtemps possible. Cette sensation si étrange, d’être terriblement seule et libre en même temps. Se dire que ce n’est pas si grave finalement. Que des gens traversent ce désert tous les jours, sans pour autant en mourir. Que finalement moi aussi, j’avais cette force. Alors je suis retournée dans la voiture, j’ai ouvert les fenêtres et on est reparti, on a fait défiler les paysages à nouveau, jusqu’à un autre terrible désert de sable, de dunes, de beauté et de solitude.









Ces photos ont été prises par moi même, lors de mon voyage aux Etats Unis, il y a tout juste trois ans. J'ai pensé qu'elles iraient parfaitement avec les sentiments que j'ai voulu partager avec vous. Et je me suis dit que ça vous plairait, de voir les photos du voyage qui m'a le plus touché. Au point de l'encrer définitivement dans ma peau. 

Je vous embrasse,



SHARE:

14 comments

  1. Coucou ma jolie!
    Ton article m'a énormément touché. Je ne sais pas si tu te souviens de ce cours magistral ou on parlait de ceux qui avaient triché à ce contrôle, a ce QCM ou on avait bossé comme de malade. Ce jour là, tu m'as dit cette phrase "Tour ce paie un jour, continue à bosser, tu y arriveras forcément et ce qui triche un jour n'auront rien pour s'en sortir!" J'ai suivi à la lettre cette phrase et on a eu notre prepa. Mais je n'ai jamais oublié cette phrase. Phrase qui m'a permis de me battre encore cet été. Et toujours grâce a cette phrase j'ai validé mon dernier semestre de cours (et sans rattrapages! ). Cette phrase me revient en permanence dans la tête quand j'en ai besoin. Tu l'as dites aujourd'hui dans cet article, et j'espère qu'elle aidera autant qu'elle m'a aidé. C'est tout con cette phrase, je ne suis même pas sur qu'à ce moment là on savait toutes les deux où elle allait m'amener. Bref, je te fait de gros bisous!

    ReplyDelete
    Replies
    1. Ca fait longtemps que je m'accroche à cette phrase, et c'est vrai qu'elle aide beaucoup, surtout quand on est au milieu d'injustice. Je suis contente qu'elle ait pu te redonner confiance et te remonter le moral au moment où tu en avais besoin.
      Je t'embrasse !

      Delete
  2. Quel bel article Gaby, c'est très touchant! Tu es douée pour trouver les mots justes ♥
    Les photos sont magnifiques, ça donne envie de s'évader :)
    Plein de bisous ma jolie !

    ReplyDelete
    Replies
    1. Ma belle Célia, merci pour tes compliments ♥ Je ne savais pas, avant de publier mes textes sur ce blog, que je pouvais toucher les autres, avec mes propres sentiments. C'est tout bizarre, et ça me touche beaucoup.
      Des bisous

      Delete
  3. Ton texte est sublime ! Vraiment très touchant. Je suis totalement d'accord avec toi, il faut s'accrocher à ses rêves et voir les choses positivement. C'est de cette manière qu'on attirera des choses positives à nous, rien de plus logique !
    Je te souhaite une bonne journée, et merci pour ce bel article :)

    ReplyDelete
    Replies
    1. Merci beaucoup, je suis très touchée que mon article t'aie émue. Ca me va droit au coeur. Je te souhaite pleins de bonnes choses. Merci pour tes jolis mots ♥

      Delete
  4. Encore une fois tu as su me toucher par tes mots. Je me retrouve tellement dans ce que tu dis, je suis emprisonnée et étouffée par cette solitude depuis quelques mois maintenant, et cette sensation que tout nous échappe parcours chaque partie de moi au quotidien. Alors quelque part, ça me réconforte de me sentir si seule en apparence, mais moins seule en te lisant. J'ai enfin la sensation quel quelqu'un me comprend, quelqu'un qui ne me dira pas "tu as un amoureux et ta famille donc tu n'es pas seule". Sincèrement, ton texte est une boule d'énergie, et plus je te lis, plus j'aimerais te connaître encore et encore, parce qu'en plus d'être d'une extrême gentillesse tu es le genre de personne qui me donne envie de m'asseoir autour d'un café, et de dire "dis moi tout sur toi, je veux tout savoir et je suis persuadée que l'on se ressemble en plusieurs points". Donc si un jour l'envie de dit de parler avec une experte en solitude, n'hésites pas.
    Je te fais de gros bisous joli minette <3

    ReplyDelete
    Replies
    1. Merci infiniment ma belle Stéphanie, tes mots me vont droit au coeur. Tu sais, ça me réconforte aussi de voir que des femmes aussi adorables que toi se reconnaissent dans mes mots. Je ne les ai jamais partagé, j'avais peur de me retrouver encore plus seule et que personne ne comprennent les sens cachés de mes textes, que personne n'arrive à lire entre les lignes. Finalement je me rends compte que ce blog devient plus un exutoire pour moi et c'est incroyable la sensation que ça me fait, de savoir que ça peut en aider d'autre, aussi. Ca me rend extrêmement heureuse.
      Merci infiniment pour ton soutient et tout l'amour que tu m'envoies à travers tes messages. Et à quand tu veux pour le café !
      Je t'embrasse

      Delete
  5. Ton texte est magnifique et tellement touchant.. N'hésite pas a venir me parler si tu as besoin ma belle <3

    ReplyDelete
  6. Ton texte m'a bouleversée ...

    Poétique, touchant, émouvant... Merci ma jolie Gaby pour ce moment d'évasion ... <3

    ReplyDelete
    Replies
    1. Je suis extrêmement heureuse d'avoir pu te faire t'évader, rien qu'un peu.
      Merci à toi, pour tout <3

      Delete
  7. Je suis alle la-bas aussi! Mais j'etait plus petite, j'aimerais bien y retourner...
    Quant au texte, il est vraiment touchant... Je pense du meme que toi, le bonneur se merite et il ne faut jamais laisser d'essayer!
    Bisous, Elena

    ReplyDelete
  8. Merci pour ton infini soutient ma belle Elena <3

    ReplyDelete